Galerie Philzard GalerieBlogPhilzard
Accueil du site > Actualités Blog - Billets d’humeur > Le revenu universel de base, une utopie ?

Un réseau mondial de chercheurs

Le revenu universel de base, une utopie ?

vendredi 29 décembre 2017, par Philippe Clauzard

Les héritiers de Thomas Paine sont aujourd’hui les partisans d’un «  revenu d’existence  », légitimé par le fait que la richesse est, comme l’explique l’économiste américain ­James Meade (Prix Nobel 1977), le résultat du travail collectif et de l’inventivité des générations successives. Il est aussi légitimé par le fait qu’une bonne partie de l’activité humaine indispensable à la société – par exemple, le travail domestique, encore assumé en grande partie par les femmes, ou la solidarité associative – ne trouve pas de rémunération sur le marché du travail tel qu’il fonctionne dans l’économie capitaliste.

Le Mouvement français pour le revenu de base est en train de préparer un épais «  livre blanc  » dans lequel toutes les hypothèses sont évaluées financièrement et budgétées une par une Les économistes français Yoland Bresson (1942-2014) et Henri Guitton (1904-1992) ont fondé, en 1985, l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence (AIRE). En 1986, Yoland Bresson a créé, notamment avec le philosophe néerlandais Philippe Van Parijs, le Basic Income European (puis Earth) Network (BIEN), devenu le principal réseau mondial de chercheurs sur le sujet.

Ce mouvement intellectuel, soutenu par des ONG engagées dans la lutte contre la pauvreté, comme Emmaüs et ATD Quart Monde, mais aussi relayé par des personnalités politiques ou de hauts fonctionnaires (Lionel Stoléru sous Giscard d’Estaing, Christian Stoffaës sous Mitterrand, Martin Hirsch sous Sarkozy), a inspiré en France la création du revenu minimum d’insertion (RMI), puis du revenu de solidarité active (RSA) et, enfin, de l’actuelle prime pour l’emploi.

Les 800 militants du Mouvement français pour le revenu de base (MFRB), créé en mars 2013, qui compte une cinquantaine de groupes locaux, prônent l’extension progressive du RSA à toute la population, en commençant par son versement automatique à ceux qui remplissent les conditions d’obtention. En effet, un tiers seulement de ceux qui y ont droit le perçoivent, faute d’accomplir les démarches nécessaires.

Une variante de cette filiation «  communiste  », plus radicale et incarnée par le philosophe André Gorz (1923-2007), l’un des inspirateurs de l’écologie politique, considère le ­ «  revenu d’autonomie  » comme le moyen de s’affranchir de l’aliénation du travail imposée par le capitalisme.

Le revenu de base devient ainsi le moyen de refuser les emplois sous-payés ou privés de tout sens social (ceux que l’anthropologue américain David Graeber appelle les «  bullshit jobs  », littéralement «  les emplois de merde  »), pour pouvoir vivre d’activités socialement utiles, mais que le marché ne rémunère pas forcément (par exemple, le travail associatif). Il permettrait aussi, notait le philosophe Michel Foucault (1926-1984), qui en était partisan, de se libérer du contrôle social étatique et stigmatisant attaché à la vérification des «  droits sociaux  » – un «  bénéfice secondaire  » d’ailleurs également mis en avant par… les libéraux  !

Les partisans de la tradition libérale, eux, invoquent l’économiste, lui aussi américain, Milton Friedman (1912-2006). Dans Capitalisme et Liberté (1962), celui qui fut l’inspirateur des politiques ultralibérales de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan proposait, pour éradiquer la pauvreté, que tout individu, riche ou pauvre, se voie octroyer un «  crédit d’impôt  », dont le montant correspond au minimum vital. Ceux dont le revenu est élevé contribuent, par un impôt «  positif  », à financer un versement en «   cash  » (impôt «  négatif  ») à ceux dont le revenu est inférieur à ce minimum.

Le «   crédit d’impôt  » permettrait à chacun de participer au marché du travail  : versé à tous, il n’est pas dissuasif, contrairement à la perte des allocations lorsqu’on reprend un travail. La thèse de Friedman a inspiré plusieurs expériences locales menées dans le Manitoba (Canada) et le New Jersey (Etats-Unis) au cours des années 1970 et 1980.

Actuellement, l’idée de l’impôt «   négatif  » est avancée à nouveau en France par le think tank Génération libre. L’économiste Marc de Basquiat et l’écrivain Gaspard Koenig, principal animateur de Génération libre, estiment que le revenu de base (qu’ils nomment le «   Liber  ») peut être versé directement sur les comptes bancaires de tous les individus, au lieu que le fruit de la fiscalité soit redistribué à travers les allocations et le quotient familial, le RSA et les autres aides sociales. Ce serait aussi l’occasion d’opérer enfin la «  grande réforme fiscale  » qui conjuguerait prélèvement à la source, individualisation de l’impôt, suppression du quotient familial, imposition au premier euro, voire fusion avec la CSG.

Si, pour Marc de Basquiat, le revenu de base vient compléter, et non remplacer, les prestations sociales issues des prélèvements sur le travail (chômage, maladie et retraite), d’autres libéraux ne s’embarrassent pas de cette précaution. Le député LR Frédéric Lefebvre a présenté, le 23 octobre 2015, un amendement ­ (rejeté) créant un «   salaire minimum commun qui remplacerait les aides sociales en vigueur  ». Les successeurs de Milton Friedman, comme le libertarien Charles Murray (In Our Hands  : A Plan to Replace the Welfare State, ­AEI Press, 2006), voient dans le revenu de base le moyen de rationaliser et de remplacer l’ensemble des transferts sociaux en offrant à chaque citoyen les moyens de contracter librement les assurances qu’il juge nécessaires à sa protection.

La diversité idéologique de ceux qui le défendent n’empêche cependant pas le revenu de base d’être abondamment critiqué. Qu’elle soit soutenue par les pourfendeurs de l’aliénation du travail ou par ceux de l’inefficacité de l’Etat-providence, l’idée reste souvent taxée d’irréalisme, voire soupçonnée de masquer des intentions malignes.

Pour certains de ces opposants, généralement classés à gauche, il s’agirait en réalité de démanteler la Sécurité sociale. Une aubaine pour les patrons, en somme. «   C’est la porte ouverte aux jobs à 1 €, à l’ubérisation généralisée, chacun tentant de compléter ce revenu de base (ou plutôt de survie) par quelques prestations pas trop chères  », écrivent Denis Clerc et Michel Dollé, économistes et coauteurs de ­Réduire la pauvreté, un défi à notre portée (Les Petits Matins, 200 p., 14 €).

De son côté, ­Philippe Askenazy (Ecole d’économie de Paris) craint que les employeurs ne « récupèrent le montant du revenu de base sur les salaires, comme les propriétaires l’ont fait pour l’aide au logement sur les locataires et les entreprises pour le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi sur les fournisseurs  ». Au risque, souligne l’économiste Jean-Marie Harribey, ancien président d’Attac, de voir se renforcer la dualité du marché du travail entre précaires et salariés «  installés  ». A ces objections, Philippe Van Parijs répond que le revenu de base accroîtrait au contraire le pouvoir de négociation de ceux qui en ont le moins sur le marché du travail, et forcerait les entreprises à améliorer les salaires ou les conditions de travail des emplois les moins attractifs.

D’autres opposants, plutôt à droite, dénoncent un retour des «  partageux  » prônant la distribution à tous des richesses créées par l’esprit d’entreprise de certains. Ils vilipendent une généralisation de l’assistanat – c’est la fameuse figure emblématique du «  surfeur de Malibu  », qui fait le choix de se contenter du revenu de base pour pratiquer son hobby… Ils anticipent également un «  appel d’air  » massif pour l’immigration, venue profiter de la «  manne  ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article...

Voir en ligne : Suite de l’article du Monde

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0